L’habit fait le moine !

La mode, le vêtement, l’habit, les fringues sont généralement considérés comme futilités, accessoires sans importance. Par conséquent, celles et ceux qui s’intéressent un tant soit peu, à la sape, sont considérés comme des écervelés, des individus qui ne peuvent pas s’intéresser à des sujets dits « sérieux » comme l’économie, la politique, la sociologie… Dans ce monde, tout est binaire, soit on est dans la mode et on a rien dans le ciboulot ou bien on est hyper intelligent, sur-diplômé et on s’habille comme un sac. Mais on ne peut surtout pas être à la fois cultivé, diplômé, et s’intéresser à la mode. Il faut choisir son camp… Le problème ne se pose pas que dans ce cas précis mais se rencontre dans tous les domaines. Si tu aimes lire, ça veut dire que tu ne sais pas utiliser un ordinateur, si tu aimes le rap, tu détestes la musique classique. On te range dans une case, on te catalogue ainsi et tu ne dois pas bouger, bon chien !

fringues 1

Quand le matin avant de partir au travail, une femme choisit soigneusement sa tenue, elle veut montrer à ceux qu’elle va croiser une image, l’image qu’elle aura choisi de refléter. Ce peut-être l’image de la femme dynamique et féminine, ce peut-être le côté garçon manqué qui est une part aussi de la personnalité féminine. Endosser un vêtement, c’est aussi jouer un rôle face aux autres.

Le choix de la tenue en fonction des personnes ou de LA personne que vous allez rencontrer, croiser… en fonction du lieu où vous vous rendez , en fonction de votre humeur, en fonction de vos références, permet de réaffirmer le principe suivant :  la mode n’est pas si futile qu’elle en a l’air.
A bientôt,
Flo

Une renaissance !

Bonjour,

En ce 26 décembre 2013, j’ai eu envie de re-créer – après une première expérience qui date maintenant – un nouveau blog du nom de « mon p’tit tralala » en référence à la chanson interprétée par Suzy Delair dans le film « Quai des orfèvres », chanson qui à chaque fois que je l’écoute me donne une pèche d’enfer ! Je vous la conseille vivement c’est le meilleur remède à la morosité ambiante, expression chère à nos JT.

Pourquoi créer un blog, encore un blog de plus ?

Tout d’abord, parce que je suis une femme particulièrement influençable et quand je parcours la blogosphère, je trouve que certains blogs comme http://www.elsamuse.com/ ou le fameux http://soisbelleetparle.fr/ sont particulièrement bien fichus et bien écrits, alors moi aussi ça m’a donné envie de publier ! Cependant, loin de moi l’idée de les copier, j’en serais bien incapable, la plume acerbe et ironique de Violette est inimitable et les prouesses techniques de Elsa sont loin de ma portée informatique.

Quel contenu ?

Des coups de cœur culturels, Aïe l’adjectif qui fait peur ! Cinéma, livre et de la MODE aussi et principalement et du Blabla…

Flo.

Coupez-moi ces marronniers !

Aujourd’hui, un nouvel article de fond sur ce blog particulièrement inventif et créatif. Il y a quelques jours, vagabondant encore sur quelques blogs de modeuses particulièrement influentes, je stoppai mon mulot indomptable et fis une halte chez Violette de soisbelleetparle qui avait rédigé de sa belle plume un article beauté et qui présentait ses conclusions après avoir testé une crème.  Une crème pour quoi ? Je ne saurais vous dire, la marque, je ne sais plus… et le résultat du test, lu entre les lignes et je n’ai rien retenu ! Mais là, je m’égare, me direz-vous, puisque le test des crèmes et autres potions antirides est complètement hors sujet.

Bref, après avoir lu très attentivement l’article de ma consoeur 2.0, je lui laissai un commentaire dans lequel je donnais mon avis sur ces pseudo-tests  qui ne feront jamais avancer la science dermatologique d’un iota et je précisai que moi, je ne faisais confiance qu’aux échantillons pour tester une crème qui coûte souvent la peau des fesses!

Je lui exposai ensuite le problème que je rencontre régulièrement. En parfumerie ou autres franchises beauté, je dois souvent batailler dur avec les conseillères pour obtenir un petit échantillon. Lors de cette requête, la conseillère me dévisage de la tête au pied, prend une moue patibulaire ou presque et me remet du bout des doigts tel à une Cendrillon en haillons, un échantillon si minuscule que je ne peux  tester le contenu que sur le bout de mes doigts.

Ou bien le tube est si petit et dur qu’en le pressant de toutes mes forces, le peu de crème qui se trouvait à l’intérieur se retrouve projeté sur le carrelage ou le lavabo de la salle de bain, qui auront, semble-t-il, tous les bénéfices d’un onguent antirides et moi, et moi …

Ma chère Violette qui a toujours une solution à tout problème, me suggéra l’idée d’aller fureter à l’intérieur des magazines puisqu’elle même trouvait moult échantillons dans ces canards.

Alors, se posait un autre problème !

Depuis quelques temps, je n’achète plus de magazines MODE puisque je trouve qu’ ils nous proposent toujours les mêmes marronniers : la forme du jean qui vous convient, le cheveu plat et sec, le régime après la dinde de Noël, après l’agneau de Pâques, avant l’été, la chirurgie esthétique   à la façon de  Demi Moore ou de Donatella Versace ? L’interview d’Isabelle Adjani qui nous déclare, juré craché si …, qu’elle n’a jamais eu recours au bistouri et qui nous dévoile ses secrets de beauté :  boire, chaque matin, un jus de citron avec de l’eau chaude à jeun et marcher à l’ombre l’été…

Même les Unes manquent d’originalité ! Sur 21 numéros de « ELLE » (fin 2010-janvier 2012), 15 numéros présentent en Une une fille blonde ! Une rousse pas une seule … une fille faisant une taille 42, une seule fois et le magazine précise bien qu’il s’agit d’un Spécial RONDES ! On croit rêver !

Bien sûr, ce sondage n’a aucune valeur scientifique, mais à travers cette observation, je me dis que tout cela manque bien d’originalité et de NEUF !

Je préfère maintenant aller sur les blogs que j’ai sélectionnés,  j’y vois des femmes ou  des filles au physique non standardisé, qui proposent des articles très différents : des looks pou petits, moyens ou gros budgets, de l’histoire de la mode, de la poésie, j’y croise des parcours variés et sans prise de tête,  j’y découvre des histoires qui me font rire, j’y vois des pays, des villes ou des restos, et je me régale en lisant la prose de certaines.

Mais, là encore, je ne voudrais pas dresser un constat trop manichéen, avec les  mauvais magazines et les bons blogs. Ces derniers temps, j’ai hélas constaté que sur la blogosphère, je n’étais pas à l’abri de ces fameux marronniers : le fluo qui pique les yeux et la collaboration entre un suédois et un italien ! Moi, je dis STOP !

A mon avis, la personne qui a le mieux traité le dernier sujet est Yelle sur GlobeMode.

Bises.

Bigoudi.

Marronnier : Argot journalistique. Terme qui désigne un sujet qui revient de façon cyclique au fil des saisons, dans la presse. Source : CLEMI

Exemples :

La rentrée des petits, le poids des cartables, la rentrée en sixième…

Les départs en vacances en juillet, en août

La neige : stations de ski, absence ou abondance de neige

Le baccalauréat : les révisions, les résultats, les inscriptions postbac !!!!

P.S. : Un grand merci pour vos commentaires. J’adore lire vos réactions et découvrir notamment vos petits plaisirs sur l’article précédent.